Une petite (mais néanmoins très appréciée) surprise de la part de Nestlé-Colombie

Aujourd’hui, je me suis aperçu que ma provision de sable pour les plats de mes cinq chats était dangereusement basse. Ce qui a donc voulu dire que j’ai hélas dû me rendre à mon supermarché pour acheter quelques sacs de sable.

J’écris “hélas” pour plusieurs raisons :

1) J’habite tout près d’un grand centre commercial de Barranquilla qui s’appelle “Portal del Prado”.  Et mon supermarché est donc celui qui se trouve dans ce centre commercial, à savoir SAO (Super Almacén Olímpica).

Je hais ce supermarché qui est démesurément grand.  Mais comme c’est le seul qui se trouve près de chez moi, je n’ai pas trop le choix…

2) Depuis quelques semaines, ce centre commercial est devenu un enfer : un pôle d’attraction de dizaines de milliers de visiteurs chaque jour qui  vont y faire leurs emplettes de Noël. Le parking souterrain est saturé avec des autos qui font la queue et qui créent des embouteillages de plusieurs kilomètres pour pouvoir y entrer (je n’exagère pas).

Ayant finalement pu entrer dans SAO (ce ne fut facile), je plaçai donc trois sacs de sable dans mon caddie et quelle ne fut ma surprise lorsque qu’une jeune fille (que je n’avais pas remarquée) m’aborda soudainement et me dit :

“Señor, j’ai remarqué que vous avez acheté des produits de la marque Purina (c’est une sous-marque de Nestlé) d’une valeur supérieure à $50.000 et j’ai donc le plaisir de vous offrir ce panier-cadeau de Noël !”

“Panier-cadeau” se dit “ancheta” en Colombie – un nouveau mot que j’ai appris aujourd’hui.

Elle m’offrit donc ceci :

Le cadeau de Noël de Nestlé-Colombie !
Le cadeau de Noël de Nestlé-Colombie !

Puis elle me dit que, comme j’étais le tout premier client à recevoir ce cadeau, elle devait prendre une photo pour immortaliser l’événement. J’ignore où elle sera publiée, mais je fis de mon mieux pour paraître surpris et heureux en même temps.

À ce stade, vous devez mourir d’envie de savoir ce qui se trouvait dans mon “ancheta”. En voici les détails :

Le contenu de mon panier-cadeau
Le contenu de mon panier-cadeau

De gauche à droite et de haut en bas (ce sont naturellement des produits de la marque Nestlé) :

– Du lait condensé sucré
– Des biscuits salés type “crackers”
– Du café lyophilisé de la marque “Dolca” (mon préféré)
– Un jouet pour chiens qui contient des sacs pour récupérer leurs excréments sur la voie publique
– De la crème fraîche “longue durée”
– Du lait en poudre
– Un sachet Maggi pour préparer une sauce bolognaise

Qui n’aime pas un cadeau de Noël ?  😀

Mais pourquoi tant de chats ? Et en Colombie !

Beaucoup de personnes me posent cette question : “Henry, pourquoi aimes-tu autant les chats ? Pourquoi semblent-ils régir ta vie en Colombie ?”.

J’aime aussi les chiens (et les hamsters, etc.), mais j’avoue avoir une préférence pour les chats. En effet, j’ai toujours été séduit par l’indépendance des chats.

Les chats sont des animaux qui, à l’encontre des chiens, sont totalement indépendants. Leurs sentiments envers vous ne dépendent pas d’une relation avec un maître. En fait, ils vous considèrent plutôt comme leur “chef de meute” (c’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils vous rapportent les proies qu’ils chassent que vous risquez d’ailleurs de trouver sur le seuil de votre maison et même sur votre lit !).

Ils vous aiment, mais ils vous le montreront lorsque eux auront décidé de vous le montrer. À leur propre rythme et selon leur humeur.

C’est cette indépendance de sentiments qui m’a toujours séduit.

Je me retrouve donc actuellement en Colombie avec cinq chats

1) Une chatoune française qui a traversé l’océan atlantique avec moi. Elle avait décidé de vivre en France avec moi. Pouvais-je donc l’abandonner en France ?

Myrina
Myrina

Elle est maintenant aveugle et sans dents. J’en ai déjà parlé ici.

2) Une autre chatoune colombienne qui a décidé de rejoindre ma vie. J’en ai déjà parlé ici :

Charlotte, rescapée des rues de Barranquilla, avec sa tache d'huile, le jour où elle a décidé d'entrer dans mon immeuble et de me suivre dans l'escalier.
Charlotte, rescapée des rues de Barranquilla, avec sa tache d’huile, le jour où elle a décidé d’entrer dans mon immeuble et de me suivre dans l’escalier.

3) Puis l’on continue avec ce chaton qui, un jour, a décidé d’enter dans ma maison. Je l’ai mentionné ici.

Une autre rognure dont je n'avais pas besoin... Mais je ne sais pas dire
Une autre rognure dont je n’avais pas besoin… Mais je ne sais pas dire “NON”…

4) Puis l’on continue avec un autre chaton qui m’a adopté alors que je me promenais dans les rues de Barranquilla. J’en ai parlé ici.

Domi, un autre rescapé des rues de Barranquilla
Domi, un autre rescapé des rues de Barranquilla

5) Et, pour finir, une autre chatoune minuscule qui a aussi décidé de m’adopter. Tel que mentionné ici.

Elle tient dans l'une de mes chaussures !
Elle tient dans l’une de mes chaussures !

Au final, je ne regrette rien. Même si ce n’est pas trop facile de gérer cette grande écurie !

Mais, vivant en Colombie, je suis un acteur qui se doit d’accepter ce que chaque jour peut offrir dans ce pays. Chaque jour vécu vous apportent de nouvelles surprises – libre à vous de les accepter ou non. Je ne regrette certes pas mes choix d’avoir adopté cette ménagerie éclectique qui me donne tant de plaisir dans ma vie quotidienne !

El Día de la Velitas (Le Jour des Petites Bougies)

Voici une copie d’un billet que j’ai originellement publié en décembre 2011 :

“El Día de las Velitas” (littéralement : Le jour des petites bougies) est une fête très importante en Colombie. Elle est célébrée le 8 décembre (qui est toujours un jour férié), mais les célébrations commencent dès la veille au soir.

Cette fête est en l’honneur de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie (pour ceux d’entre vous qui parlent espagnol, voir ici l’article de Wikipedia). Elle marque également officieusement le début de la période des fêtes de Noël en Colombie.

Le 7 décembre après le coucher du soleil (juste avant l’aube dans la région des Caraïbes), les colombiens placent des bougies, chandelles, lanternes et/ou farandoles sur les rebords de leurs fenêtres, balcons et porches. Sans oublier sur les trottoirs et murets ainsi que dans les parcs et les squares ! Les photos ci-dessous (que je n’ai pas prises) vous donneront un aperçu de cette très jolie tradition (cliquez sur les photos pour les agrandir).

 

Bon, la partie “culturelle” de ce billet étant maintenant terminée  😉 , je vais de ce pas descendre dans la rue et prendre quelques photos pour vous donner une idée plus subjective de cette fête…

*****

Je descendis dans la rue pour voir ce que mes voisins avaient organisé. Pour être tout à fait honnête, rien de bien spectaculaire, mais au moins ils avaient fait l’effort d’acheter des bougies et des farandoles comme ces photos en témoignent (cliquez sur les photos pour les agrandir) :

 

Mais, cerise sur le gâteau, le prêtre de notre paroisse avait organisé une petite procession. La voici :

Mon Agence de Voyages, Colbaca : la dernière ligne droite !

Celles et ceux qui suivent les billets de ce blog sauront que j’ai décidé de profiter des grands changements en Colombie pour créer une Agence de Voyages dans ce pays, car je pense sincèrement que le tourisme va exploser en Colombie et qu’il faut donc profiter de cette opportunité – les premiers acteurs seront les mieux placés ! Mon premier billet sur ce sujet a été publié ici.

Au fait, une parenthèse : si vous aimez les billets de ce blog, je vous invite à visiter la colonne de droite et à cliquer sur l’option “ABONNEZ-VOUS À CE BLOG PAR E-MAIL”. Vous devez simplement renseignez votre adresse e-mail et vous recevrez ainsi une notification par courriel chaque fois qu’un nouveau billet a été publié. C’est totalement gratuit et vous pouvez vous désabonner à tout moment ! Fin de la parenthèse.

Mon Agence de Voyages s’appelle COLBACA :

Colbaca
Colbaca

Au cas où vous vous poseriez la question, COLBACA est une abréviation de :
COLombia
BArranquilla
CAraïbes

La compagnie a maintenant été enregistrée auprès de la Chambre de Commerce. Son nom commercial est donc maintenant protégé en Colombie. Elle est également inscrite au “Registro Nacional de Turismo”.

Donc j’en suis dans la dernière ligne droite ! Je compte la lancer officiellement dès le 2 janvier 2018.

Au début, je compte me concentrer sur deux points principaux :

1)  Un public francophone
2) Des prestations ciblées sur la région colombienne des Caraïbes

Mais, bien naturellement, ceci s’étendra progressivement à un public anglophone et espagnol. Et les services et prestations offerts couvriront également l’ensemble de la Colombie.

Je viens de passer les 6 dernières semaines à sillonner Barranquilla et la région des Caraïbes pour affiner mes offres. Et j’ai contacté moult acteurs dans le domaine du tourisme en Colombie – dans toute la Colombie.

Tout ceci sera naturellement disponible sur le site web de Colbaca qui sera mis en ligne dans les prochains jours, mais qui sera officiellement disponible le 2 janvier prochain.

La folie de Noël en Colombie !

Il faut savoir que les colombiens sont totalement fous de Noël !

Normalement, on pourrait penser que les festivités de Noël commenceraient au début du mois de décembre – ou, à la rigueur, à la fin du mois de novembre.

Pas en Colombie !

Les offres de Noël commencent dès le mois d’Octobre – et parfois même au mois de septembre !

Dans tous les supermarchés et moult autres boutiques, vous aurez un choix immense pour faire vos emplettes de Noël :

Arbres de Noël en vente
Arbres de Noël en vente

Les prix sont naturellement débiles ! Tous les magasins commencent avec des prix inabordables et, immédiatement, vous offrent des ristournes permanentes de 70% ! Et ce jusqu’au 24 décembre.

J’ai beaucoup parlé avec mes amis colombiens en leur demandant s’ils allaient beaucoup dépenser sur leurs achats de décorations pour Noël.

Leurs réponses ont été unanimes : il est important de “rénover” et de changer les décorations de Noël chaque année pour que chaque Noël soit différent de celui de l’année précédente !

Bon, je ne vais pas aller à l’encontre des us et coutumes colombiens !

Personnellement, je conserve mon arbre de Noël d’année en année (que, de toute façon, mes chats se feront un plaisir d’essayer de détruire chaque nuit) ainsi que mes anciennes décorations.

Voici comment/pourquoi mon arbre de Noël ne survivra pas la nuit...
Voici comment/pourquoi mon arbre de Noël ne survivra pas la nuit…

 

Des câbles, encore des câbles et toujours des câbles…

Electricaribe, l’entreprise qui nous fournit de l’électricité à Barranquilla (et dans toutes la région des Caraïbes) a bien sûr installé des poteaux dans les villes pour établir leur réseau de distribution.

Le plus souvent, ce sont des poteaux en béton (à l’encontre de la France qui utilisent principalement des poteaux en bois pour la distribution – les pylônes en béton étant réservés pour les lignes à haute tension).

Le problème est que ces poteaux en béton sont très prisés par les fournisseurs d’internet, de télévision et de téléphonie tels que Claro, Movistar, etc.

En effet, les réseaux câblés souterrains  sont encore quasiment inconnus dans les villes. Ces fournisseurs opportunistes sont donc très friands de ces poteaux d’Electricaribe.

La demande pour les services d’accès à l’internet étant devenue exponentielle, vous pouvez aisément imaginer ce que sont devenus ces poteaux…

Beaucoup de câbles !
Beaucoup de câbles !

Electricaribe a donc annoncé que, à partir de la semaine prochaine, elle allait “retirer” tous ces câbles non-sanctionnés de ses poteaux (du moins à Barranquilla pour commencer).

Je vous laisse donc imaginer la pagaille que cette décision va créer parmi les utilisateurs qui verront ainsi leurs services d’accès à l’internet disparaître soudainement !