Les quatre phases d’une expatriation (Colombie incluse)

J’ai récemment calculé que, bien qu’étant français, j’ai passé plus de temps hors de France que dans mon pays natal.

En effet, je me suis expatrié au Royaume-Uni (où j’ai vécu près de 20 ans), puis en Grèce (5 ans), puis maintenant en Colombie (depuis 2010).

S’expatrier n’est pas si facile que l’on le croit. Mais il existe 4 phases essentielles d’adaptation qu’il est important de comprendre.

Première phase : « les lunettes roses »

Vous venez d’arriver dans votre nouveau pays de cœur et tout est émerveillement !

Chaque instant est une constante découverte que vous adorez : une nouvelle langue, une nouvelle culture, de nouveaux us et coutumes…

Vous êtes totalement réceptif(ve) et, comme l’écrivait Voltaire, « Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ».

C’est une phase totalement passive où vous absorbez ce qui vous entoure sans aucun sens critique de votre part.

Cette phase dure de deux à trois ans (c’est naturellement variable selon chaque personne).

Seconde phase : On enlève les lunettes roses

La lune de miel est terminée et vous commencez à regretter votre expatriation.

Ce qui vous séduisait auparavant a perdu de son attrait et commence à devenir pesant.

Vous comprenez certes la différence de culture entre les deux pays, mais vous n’êtes pas sûr(sure) que cela vous convient.

Vous vous posez beaucoup de questions : Que faites-vous dans ce pays ? Pourquoi y êtes-vous venu ? Êtes vous sûr(sure) d’y vouloir rester ?

Vous aurez alors tendance à ne voir que les points négatifs de ce pays et à remettre en question ce qui vous aviez auparavant séduit.

Cette phase dure généralement de deux à trois ans.

C’est à ce stade que la plupart des expatrié(e)s décident de retourner en France.

Troisième phase : « Je persiste et je signe »

Ayant décidé de rester dans le pays, vous avez maintenant compris qu’une adaptation (matérielle et psychologique) est la clé de votre épanouissement.

Vous comprenez maintenant les différences culturelles – ce qui ne veut pas dire que vous les acceptez. Mais vous arrivez à les gérer et à faire la part des choses.

Tout n’est pas idéal mais, ayant décidé de rester dans le pays, vous avez décidé de modifier votre comportement et d’accepter ces différences. Elles vous irritent toujours, mais vous avez maintenant décider d’accepter les règles d’un jeu sur lequel vous n’avez aucun contrôle.

Une fois de plus, cette phase dure généralement de deux à trois ans.

Quatrième phase : « Je décide de m’adapter totalement »

Vous avez maintenant totalement accepté votre nouvel environnement.

Vous restez lucide sur les différences de votre nouveau pays, mais vous vous êtes maintenant totalement adapté(e).

Vous vous concentrez maintenant plutôt sur les points positifs que sur les points négatifs. Vous avez même décidé d’accepter certains points qui vous irritaient auparavant, car vous vous sentez de plus en plus à l’aise dans votre nouvelle culture.

C’est une phase d’acceptation.

Vous êtes alors devenu(e) un(e) véritable expatrié(e) totalement assimilé(e) dans son nouveau pays.

Ce billet est naturellement basé sur ma propre expérience, mais j’espère qu’il sera pertinent pour d’autres personnes.

Note : Ces quatre phases ne sont pas nouvelles. Elles ont été originalement formulées par des chercheurs de l’U.C. Berkeley.

Laisser un commentaire