Mon Agence de Voyages, Colbaca : la dernière ligne droite !

Celles et ceux qui suivent les billets de ce blog sauront que j’ai décidé de profiter des grands changements en Colombie pour créer une Agence de Voyages dans ce pays, car je pense sincèrement que le tourisme va exploser en Colombie et qu’il faut donc profiter de cette opportunité – les premiers acteurs seront les mieux placés ! Mon premier billet sur ce sujet a été publié ici.

Au fait, une parenthèse : si vous aimez les billets de ce blog, je vous invite à visiter la colonne de droite et à cliquer sur l’option “ABONNEZ-VOUS À CE BLOG PAR E-MAIL”. Vous devez simplement renseignez votre adresse e-mail et vous recevrez ainsi une notification par courriel chaque fois qu’un nouveau billet a été publié. C’est totalement gratuit et vous pouvez vous désabonner à tout moment ! Fin de la parenthèse.

Mon Agence de Voyages s’appelle COLBACA :

Colbaca
Colbaca

Au cas où vous vous poseriez la question, COLBACA est une abréviation de :
COLombia
BArranquilla
CAraïbes

La compagnie a maintenant été enregistrée auprès de la Chambre de Commerce. Son nom commercial est donc maintenant protégé en Colombie. Elle est également inscrite au “Registro Nacional de Turismo”.

Donc j’en suis dans la dernière ligne droite ! Je compte la lancer officiellement dès le 2 janvier 2018.

Au début, je compte me concentrer sur deux points principaux :

1)  Un public francophone
2) Des prestations ciblées sur la région colombienne des Caraïbes

Mais, bien naturellement, ceci s’étendra progressivement à un public anglophone et espagnol. Et les services et prestations offerts couvriront également l’ensemble de la Colombie.

Je viens de passer les 6 dernières semaines à sillonner Barranquilla et la région des Caraïbes pour affiner mes offres. Et j’ai contacté moult acteurs dans le domaine du tourisme en Colombie – dans toute la Colombie.

Tout ceci sera naturellement disponible sur le site web de Colbaca qui sera mis en ligne dans les prochains jours, mais qui sera officiellement disponible en janvier 2018.

La folie de Noël en Colombie !

Il faut savoir que les colombiens sont totalement fous de Noël !

Normalement, on pourrait penser que les festivités de Noël commenceraient au début du mois de décembre – ou, à la rigueur, à la fin du mois de novembre.

Pas en Colombie !

Les offres de Noël commencent dès le mois d’Octobre – et parfois même au mois de septembre !

Dans tous les supermarchés et moult autres boutiques, vous aurez un choix immense pour faire vos emplettes de Noël :

Arbres de Noël en vente
Arbres de Noël en vente

Les prix sont naturellement débiles ! Tous les magasins commencent avec des prix inabordables et, immédiatement, vous offrent des ristournes permanentes de 70% ! Et ce jusqu’au 24 décembre.

J’ai beaucoup parlé avec mes amis colombiens en leur demandant s’ils allaient beaucoup dépenser sur leurs achats de décorations pour Noël.

Leurs réponses ont été unanimes : il est important de “rénover” et de changer les décorations de Noël chaque année pour que chaque Noël soit différent de celui de l’année précédente !

Bon, je ne vais pas aller à l’encontre des us et coutumes colombiens !

Personnellement, je conserve mon arbre de Noël d’année en année (que, de toute façon, mes chats se feront un plaisir d’essayer de détruire chaque nuit) ainsi que mes anciennes décorations.

Voici comment/pourquoi mon arbre de Noël ne survivra pas la nuit...
Voici comment/pourquoi mon arbre de Noël ne survivra pas la nuit…

 

Des câbles, encore des câbles et toujours des câbles…

Electricaribe, l’entreprise qui nous fournit de l’électricité à Barranquilla (et dans toutes la région des Caraïbes) a bien sûr installé des poteaux dans les villes pour établir leur réseau de distribution.

Le plus souvent, ce sont des poteaux en béton (à l’encontre de la France qui utilisent principalement des poteaux en bois pour la distribution – les pylônes en béton étant réservés pour les lignes à haute tension).

Le problème est que ces poteaux en béton sont très prisés par les fournisseurs d’internet, de télévision et de téléphonie tels que Claro, Movistar, etc.

En effet, les réseaux câblés souterrains  sont encore quasiment inconnus dans les villes. Ces fournisseurs opportunistes sont donc très friands de ces poteaux d’Electricaribe.

La demande pour les services d’accès à l’internet étant devenue exponentielle, vous pouvez aisément imaginer ce que sont devenus ces poteaux…

Beaucoup de câbles !
Beaucoup de câbles !

Electricaribe a donc annoncé que, à partir de la semaine prochaine, elle allait “retirer” tous ces câbles non-sanctionnés de ses poteaux (du moins à Barranquilla pour commencer).

Je vous laisse donc imaginer la pagaille que cette décision va créer parmi les utilisateurs qui verront ainsi leurs services d’accès à l’internet disparaître soudainement !

 

Gérer la vie d’un chat aveugle et sans dents (en Colombie ou ailleurs)

Les fidèles lecteurs qui suivent régulièrement les billets de ce blog sauront que j’ai déjà publié de nombreux billets sur mes chats (que ce soit sur les chats français avec lesquels je suis venu en Colombie ou bien les chats colombiens qui ont décidé de m’adopter alors que je vivais dans leur pays).

L’un de mes chats n’a jamais été mentionné dans ce blog : Myrina.

Myrina
Myrina

C’est une chatoune française qui a traversé l’Océan Atlantique avec moi en 2010.

Elle est née dans un champ auprès de ma maison et faisait mes poubelles à la recherche de nourriture. Un jour, j’ai oublié de fermer la porte de ma maison et elle est entrée dans mon salon. Elle s’est cachée derrière mon sofa en attendant mon retour .

Elle a émergé de sa cachette dès que je suis rentré. Elle m’a regardé, à moitié cachée, derrière ce sofa avec une expression qui semblait dire : “Bon, j’ai pris le risque d’entrer dans ta maison – vas-tu m’accepter ?

Vous me connaissez, je n’ai pas su/pu lui dire “non”.

Voici pourquoi Myrina fait maintenant partie de ma communauté de chats depuis 2004.

En France, elle ne s’est jamais éloignée de plus de 20 mètres de ma maison, préférant le comfort immédiat de ce qu’elle connaissait.

Elle s’est pourtant totalement adaptée à sa nouvelle vie en Colombie. C’est l’un des chats les plus affectueux que je connais.

Sauf que…

Depuis quelques mois, j’avais remarqué des signes inquiétants dans son comportement :

1) Elle se cachait en permanence sous le pouf de mon salon
2) Elle ne mangeait presque plus et ne visitait jamais sa gamelle
3) Elle ne visitait pas non plus son plat et faisait ses besoins sous le pouf

Inquiété par son comportement, je l’ai examiné et je me suis rendu compte qu’elle était totalement aveugle. Elle n’avait aucune idée où elle se trouvait dans ma maison et où se trouvaient ses points de repères.

J’ignore si cela est dû à une cataracte de ses deux yeux au vu de son âge (elle est née le 01.10.2003 et vient donc de célébrer ses 14 ans). Mais la situation ne pouvait pas perdurer.

J’ai donc décidé de la garder dans une de mes chambres (j’ai la chance de vivre dans un appartement avec 3 chambres dont j’utilise l’une en tant que “réserve” pour entreposer mes affaires).

Je lui acheté un nouveau plat exclusif (pour faire ses besoins) et je ferme donc la porte de cette chambre en permanence pour qu’elle ne soit pas dérangée par les autres chats.

Au début, j’avais un peu peur de l’isoler totalement du reste de la maison, mais elle semble totalement heureuse et épanouie seule dans cette chambre. Et, une fois par semaine, je la prend dans ma propre chambre pour qu’elle dorme avec moi (seule). Elle passe la nuit à ronronner sur mon lit et à baver de bonheur car elle est à mes côtés…

J’ai dû également adapter son alimentation, car je me suis rendu également compte qu’elle avait perdu la moitié de ses molaires et ne pouvait donc pas manger les croquettes que le lui donnais… Elle a donc maintenant un régime spécial et exclusif de boîtes ! Régime qui me ruine ! Mais bon, doit-on compter pour les êtres qui vous sont chers ?

Ce n’est pas facile de vieillir…

Mise à jour du 7 décembre 2017 :

Je viens de m’apercevoir que Myrina a perdu quasi la totalité de ses dents ! Ce qui est plutôt étonnant puisqu’elle n’a “que” 14 ans.

Ceci explique donc pourquoi elle a perdu tant de poids, car je lui donnais chaque jour des croquettes qu’elle était tout à fait incapable de manger…

Mais bon, à partir d’aujourd’hui, elle va donc avoir droit à une autre alimentation !

Pourquoi les costeños sont des “m’as-tu-vu” dans leur choix de boissons lorsqu’ils sortent/reçoivent ?

À l’instar des français (et de la plupart des nations), les colombiens picolent.

En fait, ils ont tendance à boire beaucoup moins que les français. Selon le dernier rapport de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui couvre la consommation d’alcool dans près de 200 pays, la France est en 18ème position (12,2 litres d’alcool pur par personne et par an) alors que la Colombie est en 98ème position (6,2 litres d’alcool pur par personne et par an – soit près moitié fois moins qu’en France). (source – en anglais)

Dans ce billet, je vais me concentrer sur les alcools “forts”, c’est à dire en excluant la bière, le vin et les liqueurs.

En France, l’alcool fort national est le pastis :

L'alcool national français !
L’alcool national français !

En Colombie, les alcools forts nationaux sont au nombre de deux :

1) Le rhum de Medellín :

Le fameux rhum de Medellín !
Le fameux rhum de Medellín !

C’est un rhum ambré (en opposition à un rhum blanc du type Bacardi). Comme le whisky il peut être vieilli en fûts pendant plusieurs années.

2) L’aguardiente

Le non moins fameux aguardiente !
Le non moins fameux aguardiente !

C’est un alcool anisé mais qui, à l’encontre du pastis, se boit pur sans ajout d’eau.

Il faut savoir que les colombiens sont également de grands amateurs de whisky. Des trois alcools forts importés en Colombie, le whisky est le plus populaire, loin devant la vodka (qui sert surtout dans l’élaboration de cocktails) et encore plus loin devant le gin.

Mais le titre de ce billet est : “Pourquoi les costeños sont des “m’as-tu-vu” dans leur choix de boissons lorsqu’ils sortent/reçoivent ?”

Il faut en effet savoir que, pour les costeños, il est important de sauver les apparences et d’offrir le meilleur aux invités qu’ils reçoivent (chez eux ou bien lorsqu’ils invitent à l’extérieur).

Et la meilleure façon de ce faire est donc d’acheter les boissons qui sont les plus chères.

Donc, pas question d’acheter et d’offrir des boissons nationales (tels que le rhum ou l’aguardiente). Pourquoi ? Parce que les boissons importées sont par définition plus chères en Colombie que les boissons nationales. Et elles ont donc plus de “cachet”.

Donc, prenons l’exemple du whisky. Un whisky, c’est bien. Un scotch (whisky en provenance de l’Écosse), c’est beaucoup mieux !

D’ailleurs, le scotch le plus vendu sur la Côte des Caraïbes est celui-ci :

L'incontournable Old Parr en Colombie
L’incontournable Old Parr en Colombie

 

Bien sûr, il existe beaucoup de véritables scotchs beaucoup moins chers que le Old Parr (e.g. le Buchanan que l’on trouve également sur toute la Côte). Mais, soyons honnêtes, la plupart des costeños sont totalement incapables de faire la différence entre ces diverses marques de scotch.

Acheter, et offrir, à ses invités une bouteille de Old Parr de 12 ans d’âge leur communique deux messages :

1) J’ai $100.000 pour me permettre de vous offrir un excellent scotch
2) Je ne désire que le meilleur pour vous

Bien sûr, il n’y aurait aucun problème si ces costeños avaient les moyens d’acheter ces boissons hors de prix (en considérant leur salaire). La triste réalité est que la plupart doivent s’endetter pour pouvoir ce faire.

L’exemple le plus frappant est durant le Carnaval de Barranquilla durant lequel les costeños dépensent (et d’endettent) sans compter. Le Carnaval se termine officiellement le mardi de Carême. Vous devriez voir ce qui se passe le mercredi : des centaines de personnes faisant la queue devant les boutiques de prêteurs sur gages pour mettre au clou leur montre et/ou leur équipement électrodomestique afin de pouvoir payer leurs facture d’eau et d’électricité.

Je vous ai décrit la situation sur la Côte des Caraïbes. J’ignore si la même chose se passe dans les autres régions de la Colombie. Votre retour serait apprécié !

Créer son entreprise en Colombie

Ce n’est un secret pour personne, j’ai décidé de profiter des grands changements en Colombie pour créer une Agence de Voyages dans ce pays, car je pense sincèrement que le tourisme va exploser en Colombie et qu’il faut donc profiter de cette opportunité – les premiers acteurs seront les mieux placés !

Ce blog n’a pas pour vocation de détailler les aspects techniques de cette démarche : vous pourrez les retrouver dans mon forum franco-colombien.

Je préfère utiliser les billets de ce blog pour partager mes expériences personnelles – et donc totalement subjectives. En gros, ce qui m’est arrivé durant ces démarches !

Il faut savoir que, avant toute chose, avant de commencer une activité en Colombie, qu’elle soit en tant qu’indépendant (c’est à dire sans avoir besoin de créer une entreprise) ou dans le cadre d’une création d’entreprise, votre premier interlocuteur doit être la DIAN (Dirección de Impuestos y Aduanas Nacionales de Colombia). C’est l’équivalent du Centre des Impôts en France.

Vous devez donc vous enregistrer auprès d’eux. Vous devrez leur indiquer un secteur d’activité et ils vous délivreront un document qui s’appelle un RUT (Registro Único Tributario) qui contiendra un numéro unique vous identifiant, le NIT (Número de Identificación Tributaria). Un document vous sera donné.

À partir du moment où le RUT est issu, vous entrez officiellement dans le système administratif du pays. À noter que votre numéro NIT est un document totalement légal pour vous identifier qui a autant de valeur que votre carte d’identité colombienne.

Une fois votre RUT/NIT obtenu, vous devrez alors aller à la Chambre de Commerce de votre ville pour créer votre entreprise (si vous désirez créer votre entreprise), que ce soit une des nombreuses variantes de “persona jurídica” (par exemple, comme une SARL en France) ou bien en tant que “persona natural”.

Mais je m’égare…

Je désire partager dans ce billet le merveilleux accueil qui m’a été réservé dans ces deux entités (la DIAN et la Chambre de Commerce de Barranquilla). Les employé(e)s m’ont non seulement déroulé le tapis rouge, mais ont passé plusieurs heures (!) à m’expliquer les arcanes et les méandres de ces formalités afin que je ne fasse aucune erreur en remplissant les très nombreux formulaires !

À la Chambre de Commerce de Barranquilla, j’ai passé près de deux heures avec un employé très patient qui a pris le temps de répondre à toutes mes questions tout en me donnant des conseils pertinents. À la fin de notre entrevue, j’ai voulu lui glisser un billet dans la main pour le remercier de ses conseils, de sa patience, du temps qu’il m’avait fait gagner et des erreurs qu’il m’avait évité de faire, mais il a refusé ! Je me souviendrai toujours de ce qu’il m’a dit : “J’apprécie votre geste, mais la seule récompense dont j’ai besoin est de savoir que j’ai pu vous aider”.

Chapeau !

Le pape François appréciera-t-il ce cadeau ?

Le maire de notre ville de Barranquilla, Alejandro Char, est actuellement en visite au Vatican.

Comme est coutume durant ce genre de visite, il a donc offert au pape François un cadeau qui, selon Char, est “le symbole de la ville de Barranquilla”.

Mais quel peut être ce cadeau ? De vieilles photos sépia de la ville ?

Une vieille photo sépia de Barranquilla
Une vieille photo sépia de Barranquilla

Une reproduction d’une sculpture ou d’un tableau d’Alejandro Obregón ?

Un tableau d'Alejandro Obregón
Un tableau d’Alejandro Obregón

Un CD des chansons Esthercita Forero ?

Que nenni ! Notre maire lui a offert un cadeau beaucoup plus “utile” ! Un maillot officiel de Junior, l’équipe de football de Barranquilla ! Le nom du pape est même écrit dessus (“Francisco” en espagnol – n’oubliez-pas qu’il est argentin).

Juste ce dont le pape François avait besoin !
Juste ce dont le pape François avait besoin !

Remarquez, pensez-vous que, le soir, dans l’intimité de ses quartiers privés et loin de tous les regards, le pape François pourrait enlever sa soutane et porter ce maillot pour se sentir plus confortable ?