Alcools de contrefaçon en Colombie

Barranquilla (où je vis sur la côte Nord de la Colombie) possède de nombreuses distilleries clandestines. On y fabrique allègrement du whisky, de la vodka, du rhum, de l’aguardiente (« l’eau de feu » colombienne) et moult autres alcools.

Il y a quelques jours, la police vient de démanteler une de ces distilleries. Elle y a trouvé et confisqué 31.000 bouteilles (remplies et prêtes à être distribuées), 6 cuves métalliques de 1.000 litres chacune, 10.000 bouchons, 4.000 étiquettes et sceaux « légaux », plus une dizaine d’autres machines individuelles permettant ce trafic (source : La Police démantèle un réseau d’alcool de contrefaçon).

En Colombie, si vous désirez acheter de l’alcool, vous avez le choix entre deux sources :

1) L’acheter dans des l’un de ces centres que l’on appelle « San Andresito » – chaque ville en possède au moins un. Il faut savoir que, dans ces centres, la plus grande partie des marchandises vendues sont totalement illégales. Il s’agit la plupart du temps de marchandises qui sont entrées illégalement en Colombie – sans avoir eu à payer de frais de douane ou de TVA. C’est pour cela que ces marchandises sont tellement bon marché et que beaucoup de personnes en profitent.

En ce qui concerne les alcools fabriqués « localement » il vous appartient alors d’en connaitre plus ou moins la provenance. Si ces alcools ont été fabriqués à partir d’alcool de bois (méthanol) qui est très bon marché, vous risquez de sérieux problèmes de santé (jusqu’à la mort), car la consommation de cet alcool est hautement toxique.

Si ces alcools ont été fabriqués à partir d’éthanol (qui est plus cher), alors vous ne risquez rien.

À vous donc de vérifier vos sources d’approvisionnements…

En Colombie, chaque bouteille d’alcool vendue doit avoir un sceau fiscal sur chaque bouchon (comme en France). C’est ce que l’on appelle « l’estampilla ».

En Colombie, ce sceau ressemble à ceci :

Estampillla
Estampilla

2) Donc peut-être avez-vous maintenant décidé d’acheter votre alcool dans des sources sures telles que les supermarchés nationaux ?

Hélas, ce n’est pas non plus une garantie de provenance…

En effet, la Police de Barranquilla a récemment vérifié l’authenticité de l’alcool vendu dans la chaine nationale de supermarchés Éxito – l’une des chaines normalement les plus fiables de Colombie. Il s’est avéré que la plupart des alcools vendus dans ces supermarchés étaient des contrefaçons…

Comme je l’ai toujours affirmé. on ne changera pas rapidement la Colombie et ses us et coutumes…

Laisser un commentaire