Les antivax du Covid-19

En France, comme en Colombie et dans de nombreux pays du monde entier, il existe un noyau de personnes qui refusent de se faire vacciner contre le Covid-19. On les appelle les « antivax » et ils représentent à peu près 16% de la population française (soit une personne sur six).

Il est intéressant de constater que les antivax sont une population totalement hétéroclite qui refuse de se faire vacciner pour des raisons complètement différentes (et parfois contradictoires).

Une grande enquête sanitaire  menée par des chercheurs de l’Inserm et du CNRS sur 86.000 personnes (voir ici) a cependant montré que les antivax ont deux points en commun :

1) Ils font partie des basses classes de la hiérarchie sociale
2) Ils font partie des personnes qui ont reçu le moins d’éducation académique possible (collège, lycée, université).

Je ne porte pas jugement moral sur tout ceci – ce sont simplement des faits avérés que plusieurs enquêtes ont déjà montrés et démontrés.

De par ma propre expérience, ce groupe hétéroclite des antivax tombe dans plusieurs catégories :

1) Ceux qui croient que le Covid-19 n’existe pas. Ils pensent tout simplement que le Covid-19 est un complot élaboré au niveau international et que cette maladie est tout simplement une espèce de grippe sans importance. Selon eux, le Covid-19 a été inventé par les gouvernements afin d’enrichir les laboratoires pharmaceutiques multinationaux. La plupart de ces antivax croient également que la Nasa n’a jamais envoyé des hommes sur la lune en 1969… Et que les attentats du 11 septembre 2001 a New York n’ont jamais eu lieu…

Vous n’arriverez jamais à les convaincre…

2) Ceux qui croient que le Covid-19 existe, mais que le danger est grandement exagéré. Pour eux, le Covid-19 est une sorte de grippe sérieuse qui, de toute façon, n’affectent que les personnes âgées. Les gens jeunes (disons les moins de 40 ans selon leur propre baromètre) n’ont aucun danger à craindre.

Inutile de leur dire que près de 4,5 millions de personnes sont maintenant décédées de ce virus dans le monde entier. Ils vous répondront que c’était de toute façon des personnes âgées arrivées en fin de vie ou bien des personnes qui avaient de sérieux problèmes de santé.

3) Ceux qui croient que les vaccins ne marchent pas trop bien et peuvent être dangereux (ou bien donc plus dangereux que d’attraper le Covid-19). C’est particulièrement le cas de la plupart des femmes enceintes.

Cela ne sert strictement à rien de leur montrer les dernières statistiques médicales totalement acceptées au niveau international : À la fin du mois de juillet 2021,  4 personnes sur 5 hospitalisées n’étaient pas vaccinées et avait donc attrapées le Covid-19.

Oui, bien sûr, le fait d’être vacciné ne veut pas dire que vous ne pourrez jamais attraper le Covid-19. Mais, si vous avez la malchance de l’attraper, vous aurez alors 80% de chance de ne pas finir à l’hôpital

4) Ceux qui croient (ou non) au Covid-19 , mais pour qui leur propre liberté de décider est le plus important.

Ce sont apparemment les plus nombreux.

Ils veulent décider par eux-mêmes (de se faire vacciner ou non) et n’acceptent pas que le gouvernement puisse leur imposer cette vaccination. Et, pour eux, le pass-sanitaire maintenant obligatoire pour beaucoup de choses est alors devenu une atteinte à leur liberté fondamentale : le doit de décider pour eux-mêmes.

Pourquoi ces personnes ont-elles maintenant oublié que leur propre liberté s’arrête où commence celle des autres ?

Pourquoi ces personnes ont-elles oublié que certains vaccins ont toujours été obligatoires « Pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, aux vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (rendues obligatoires respectivement en 1938, 1940 et 1964), ont été ajoutées des obligations de vaccination pour 8 autres maladies, portant à 11 le nombre des vaccins aujourd’hui obligatoires en France. »

Pourquoi ces personnes ont-elles oubliée qu’elles doivent obligatoirement s’arrêter à un feu rouge ? Ou bien obligatoirement porter leur ceinture de sécurité ?

Pourquoi ces personnes ont-elles oublié que ces mesures restrictives (j’en conviens – elles le sont) sont néanmoins pour le bien de tout le monde et non pas seulement pour elles ?

Pourquoi, étant une minorité, ces personnes devraient-elles nous imposer leur propre point de vue et risquer alors notre propre vie sans penser à nous ?

Laisser un commentaire