Cataracte en Colombie (3)

J’ai déjà écrit deux billets sur mon opération de la cataracte en Colombie (ici et ici).

La seconde opération eut lieu fin août et, cette fois-ci, sachant ce qui m’attendait,  je réussis totalement à maîtriser ma crise irrationnelle  de panique ! Ainsi que les fâcheux mouvements intempestifs et incontrolables de mes intestins !

J’avais le choix entre choisir des implants oculaires (lentilles synthétiques) réglés de façon permanente pour voir de près ou bien pour voir de loin. Je choisis la seconde option.

J’avoue que, post-opératoire, tout ceci demande une certaine période d’adaptation qui n’est pas évidente.

En premier lieu, mes implants sont réglés pour pouvoir voir de façon nette à partir de 50 centimètres. Ils ont bien sûr changé ma vie (et ma vue !). En effet, j’ai été myope depuis l’âge de 20 ans et j’ai dû porter des lunettes en permanence depuis ce jeune âge, afin de pouvoir voir de loin (y compris pour regarder la télévision). Ces dernières années en Colombie, même mes fidèles lunettes de toujours ne me servaient absolument plus à rien : ma cataracte m’empêchait de voir, de près comme de loin. 

Les problèmes de cataracte ne sont pas soudains. C’est une lente dégénérescence qui empire progressivement sur plusieurs années. Malheureusement, ces problèmes arriveront à la plupart d’entre nous. C’est le prix à payer pour vieillir…

Vous ne pouvez pas vous imaginer la joie et la surprise de récupérer votre vue ! Je vivais depuis plusieurs années dans un monde flou. Après ces deux opérations, ce fut comme “renaître” et pouvoir redécouvrir le monde qui vous environne. Avec moult détails !

Le prix à payer, bien sûr, est de ne rien pouvoir voir/lire à une distance inférieure à 50 centimètres. Le flou absolu.

Le chirurgien m’avait averti que je devrais attendre un mois avant de pouvoir acheter une paire de lunettes (pour pouvoir voir de près), le temps que mes implants s’adaptent à mes yeux.

Il m’avait également conseillé de m’acheter deux paires de lunettes :

  1. Une première paire monofocale pour pouvoir voir uniquement entre 0 et 50 centimètres. Ce seront des lunettes à utiliser uniquement en intérieur pour pouvoir utiliser mon téléphone portable, pour lire, et surtout, pour pouvoir voir l’écran de mon ordinateur !

  2. Une seconde paire avec des verres progressifs qui me permettront de voir entre zéro centimètre et l’infini. Lunettes à porter en extérieur, avec des verres de transition qui s’assombrissent en fonction de la luminosité ambiente. Même si mes implants me permettent maintenant de voir nettement au delà de 50 centimètres, il m’a assuré qu’une paire de lunettes “toute vue” me seraient d’un comfort inégalable et que, les portant en permanence en marchant dans la rue puis en rentrant dans un magasin, je n’aurais pas alors à changer de lunettes pour pouvoir voir les prix affichés dans les rayons ! 

J’espère que tous ces conseils seront utiles à toutes celles et ceux d’entre vous qui, comme moi, auront à passer par cette étape dans leur vie !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :