Comment le climat de Barranquilla a tué mon PC…

En 2015, je me suis acheté un PC « de course ». À l’époque, c’était le « nec plus ultra » des PC : Intel core i7 de dernière génération, disque dur SSD, mémoire 16MO DDR3, carte graphique nVidia de dernière génération – et j’en passe !

En France, ce PC m’aurait duré 10 ans, sinon plus. Mais pas en Colombie !

J’ai déjà écrit (ici) comment le climat de Barranquilla sabote et saborde tout ce qui est en métal.

À Barranquilla, le taux d’humidité dans l’air est en moyenne entre 80 % et 90 %.

Comme nous sommes près de la mer, l’air est également saturé de sel.

Et n’oublions-pas une température ambiante qui oscille entre 30 et 35 degrés centigrades – à l’ombre et ceci toute l’année !

Donc : Condensation, oxydation et sulfatation systématique de tout ce qui est en métal.

Mon PC n’a hélas pas pu échapper à ces rudes conditions climatiques.

Oxydation de la carte mère
Oxydation de la carte mère

La première à me lâcher il y a quelques années fut ma carte graphique : totalement sulfatée.

Puis mes barres de mémoire de mémoire me lâchèrent : sulfatées et oxydées. Je dû les remplacer.

Puis ce fut l’un de mes disques durs. Que je dû également remplacer.

Il y a un an, ma carte mère rendit l’âme : elle était devenue toute verte ! Je fis alors l’erreur de la remplacer par une d’occasion qui ne dura pas plus d’un an ! Je viens donc de la remplacer par une neuve.

Le mois dernier, ce fut mon bloc d’alimentation qui jeta l’éponge. Sa bobine en cuivre avait doublé de volume en s’oxydant ! Je viens donc de le remplacer…

Au final, ce PC sur lequel je comptais tant est devenu un véritable puits sans fond de dépenses.

Je compte cependant le démonter avant mon retour en France pour emporter les pièces essentielles qui marcheront toujours en France ! Je suppose que les trois disques durs dont les plus précieux (car ils contiennent toutes mes données), mais j’espère pouvoir le « remonter » en France à moindre coût !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :