Choisir un logement tranquille sur la Côte (des Caraïbes)

Si vous désirez choisir un logement tranquille sur la Côte (des Caraïbes), vous devez impérativement prendre quelques précautions de base.

Voici mes conseils basés sur plus de 12 ans de résidence à Barranquilla -et vous allez me remercier de les avoir partagés !

Les Costeños adorent la musique. Elle fait partie de leur culture et elle est omniprésente. Surtout en fin de fin de semaine dès le vendredi soir.

Les Costeños sont plutôt très égoïstes sur ce point. Ils assument que tout le monde aime écouter la musique – à très haut volume – et ce jusqu’à 4 heures du matin ou plus.

Musique sur la Côte
Musique sur la Côte

Inutile d’appeler la police pour reporter un tapage nocturne – la police vous ignorera. Vous serez alors considéré comme un rabat-joie.

Considérez alors où vous désirez résider :

1) Dans un appartement dans un immeuble (ce sera donc dans la partie nord de Barranquilla).

Vous serez alors l’esclave de vos voisins. Il suffit simplement d’un seul voisin qui décide de jouer de la musique à haut volume dès le matin (et durant la nuit) pour ruiner votre tranquillité. Personne ne pourra rien y faire.

Mes conseils : Avant de louer un appartement dans un immeuble, essayer de le visiter durant le jour (et surtout le soir ) pour vous rendre compte des nuisances sonores. Idéalement, essayez de parler avec quelques locataires pour vous rendre compte de la situation.

2) Dans une maison ou bien dans un appartement d’une maison (premier ou second étage).

Dans ce cas, ce sera alors vos voisins immédiats qu’il vous devra vérifier.

Les Costeños achètent des « picos » (haut-parleurs) très puissants qu’ils placent en dehors de leur maison dès le vendredi soir (et parfois durant la semaine).

Ils sont vraiment très puissants (en général beaucoup plus que 1.000 watts RMS).

Et ils se font entendre dans un rayon de presque un kilomètre ou plus.

Picos de la Côte
Picos de la Côte

En règle générale, ces « picos » sont utilisés dans les zones du sud de la ville de Barranquilla, mais ils sont également utilisés dans certains quartiers « populaires » du nord de la ville.

Mes conseils : Ici également, avant de louer, prenez le temps de visiter le quartier un vendredi soir et un samedi soir pour voir ce qui se passe.

Essayez de faire la différence entre les fêtes ponctuelles (e.g. des anniversaires) et les fêtes systématiques de chaque fin de semaine.

3) Ne choisissez JAMAIS un logement près d’un feu de circulation.

Feux de signalisation
Feux de signalisation

Sur la Côte, dès que le feu passe au vert, toutes les voitures commencent systématiquement à klaxonner (dans les deux sens).

Et encore plus si l’intersection est bloquée (comme cela arrive systématiquement).

Vous subirez donc une véritable cacophonie toutes les 5 minutes (dès que le feu passe au vert).

Mes conseils : Ne choisissez jamais un logement près d’un feu vert/rouge.

4) Ne choisissez jamais un logement près d’une intersection (même sans feux de signalisation).

À Barranquilla, comme dans toutes les autres villes de la Côte, les intersections sont soit prioritaires, soit ont un panneau qui demande de céder la priorité.

Les coupables dans ces cas spécifiques sont les véhicules qui utilisent les artères prioritaires. Dès l’instant où un véhicule arrive à une intersection prioritaire, il klaxonnera systématiquement pour s’annoncer. Le pire ce sont les sempiternelles motos !

Vous entendrez donc un coup de klaxon toutes les 10 secondes ce qui, à la longue, peut être pesant – vous en conviendrez.

Mes conseils : Ne choisissez jamais un logement près d’une intersection.

Conclusions :

Cela peut paraître difficile de pouvoir trouver un logement tranquille à Barranquilla (et dans les autres villes de la Côte), mais cela n’a pas à l’être si vous suivez les simples conseils que je vous ai donnés !

Cataracte en Colombie (2)

J’ai déjà publié un premier billet (ici) sur mon opération de la cataracte, opération qui a lieu en Colombie.

La date fatidique du lundi 23 mai est donc arrivée… C’était le jour où était programmé la première intervention sur mon œil droit – à 17h40 exactement dans les locaux de FOCA à Barranquilla.

Inutile de le préciser, j’ai très peu dormi la nuit précédente et je me suis réveillé avec une diarrhée carabinée – une diarrhée totalement psychosomatique engendrée par ma terreur de cette intervention chirurgicale. J’ai dû prendre de la Loperamida toute la journée pour essayer de l’enrayer.

J’ai espéré en vain toute la journée qu’un « Acte de Dieu » (tremblement de terre, tsunami, ouragan, etc.) interviendrait avant 17h40 et me permettrait donc de repousser légitimement cette intervention… Mais non…

Il existe des peurs irraisonnées qui, par définition, ne peuvent être ni contrôlées, ni maîtrisées, ni rationalisées. Opérer mes yeux tombait dans cette catégorie.

J’écris ce billet 2 jours après mon opération, donc avec 48 heures de recul.

Tout d’abord, il me faut absolument louer le professionnalisme et l’amabilité du personnel soignant. Ce ne sont pas des simples mots, mais des éloges plus que mérités.

Le personnel soignant colombien se rend parfaitement compte que la plupart des patients sont des gens plutôt âgés qui sont terrorisés et complètement perdus, et ils font absolument tout pour les rassurer et les accompagner. Avec patience et compréhension.

Mon chirurgien était un « jeunot » d’une trentaine d’années (que j’avais rencontré au préalable). Son expertise dans les opérations de cataracte est indéniable (il ne fait que ça – je m’étais renseigné). Je l’imagine maintenant faire 2 ou 3 telles opérations chaque matin avant d’avoir pris son café matinal…

Comme on me l’avait d’ailleurs dit, l’opération est totalement indolore avec une anesthésie locale de l’œil opéré. Je n’ai absolument rien senti. Le chirurgien m’informait en permanence de ce qu’il était en train de faire.

Opération cataracte
Opération cataracte

 

Après l’opération, j’ai pu sortir immédiatement et rentrer chez moi.

Les soins postopératoires méritent également une médaille d’or de par leur qualité et leur professionnalisme :

Trois médicaments (des gouttes oculaires) sont prescrits – à appliquer toutes les 6 heures :

Gouttes
Gouttes

– des gouttes lubrifiantes

– des gouttes anti-inflammatoires

– des gouttes antibiotiques

Une première visite de contrôle fut immédiatement prévue le jour suivant (le mardi) afin d’examiner les résultats immédiats de l’opération

Une seconde visite de contrôle a été organisée une semaine plus tard.

Une troisième (et dernière) visite de contrôler est prévue dans 4 semaines – date à laquelle mon second œil sera opéré.

Je dois porter une coque protectrice sur mon œil, mais uniquement lorsque je dors (afin de protéger mon œil des mouvements intempestifs durant mon sommeil).

Bouclier oculaire
Bouclier oculaire

J’ai eu la permission de retirer cette coque protectrice le jour suivant (le mardi), et le résultat a été tout simplement spectaculaire. Mon œil droit (opéré) me permet maintenant de voir nettement des objets à distance ! Cela faisait des années que je n’avais pas pu avoir ce luxe ! Même avec des lunettes, je ne voyais à distance que des objets flous et mal définis.

Hier, pour la première fois, j’ai pu regarder la télévision depuis mon sofa (mon téléviseur se trouve à un peu plus de 2 mètres de mon sofa) sans lunettes ! Un vrai régal ! Pour la première fois depuis de nombreuses années, j’ai pu profiter d’images nettes et de qualité exceptionnelle.

Le prix à « payer », bien sûr, est que je vais devoir maintenant porter des lunettes pour voir de près (lire, utiliser mon PC et regarder mon téléphone portable).

Je n’ai pas choisi des lentilles/implants multi focaux (qui étaient véritablement hors de prix pour mon budget), mais comme j’ai néanmoins pu choisir des lentilles/implants mono focaux d’excellente qualité, je ne devrai porter des lunettes de lecture que pour toute distance inférieure à 40-50 centimètres.

La cataracte est une véritable saloperie qui, hélas, nous affectera toutes et tous – à moyen et à long terme. Nous devrons tous y faire face – c’est le prix à payer pour vieillir.

On peut critiquer la Colombie pour beaucoup de choses, mais ses soins médicaux sont tout à fait exceptionnels. 

Après m’avoir initialement sauvé la vie (ici), les médecins colombiens m’ont maintenant sauvé la vue.

Respect !

Le fléau de l’inflation en Colombie (2)

J’ai déjà récemment écrit (ici) sur le fléau actuel de l’inflation en Colombie.

Je me dois maintenant de vous donner d’autres exemples concrets pour vous montrer/démontrer que la situation a vraiment empiré en Colombie ces dernières semaines.

Aujourd’hui, je suis allé À SAO pour faire mon marché.

Pour mon petit-déjeuner, j’aime bien le café NESCAFÉ de la marque DOLCA. Il y a quelques mois, j’avais acheté un pot de 170 grammes au prix de $11.000. Aujourd’hui, ce même pot valait plus de $21.000.

Une livre de fromage hollandais gouda (la boule rouge) valait il y a quelques mois $14.000 (marque Olímpica). Aujourd’hui, le prix est de $24.000.

Je devais également acheter du détergent en poudre ARIEL. Il y a 2 mois, le prix pour un sac de 2 Kgs était de $14.500. Aujourd’hui, le prix est de $24.000.

Ce ne sont que 3 exemples illustratifs pris totalement au hasard. Je pourrai vous donner des dizaines d’autres exemples.

Je ne sais pas ce qui est en train de se passer en Colombie, mais la situation actuelle est vraiment très sérieuse.

Je connais beaucoup de personnes qui entrent dans ces super-marchés et en ressortent les mains vides car, tout simplement, elles ne peuvent pas se permettre de payer ces nouveaux prix élevés.

Je ne désire pas être alarmiste, mais nous avons actuellement un très sérieux problème en Colombie.

J’ignore comment il se résoudra dans la pratique…

Cataracte en Colombie

Après avoir sauvé ma vie, les médecins colombiens vont maintenant sauver ma vue…

Cataracte
Cataracte

Après avoir sauvé ma vie (quadruple pontage coronarien en 2019 sans lequel mon espérance de vie aurait été d’un maximum de 5 ans), les médecins colombiens vont maintenant sauver ma vue

En effet, je souffre maintenant de cataracte, ce qui est plus ou moins normal à mon âge.

Je vis maintenant dans un monde flou et cette situation empire chaque jour. Et ce n’est pas trop facile à gérer au quotidien…

Mon opération est prévue à la fin du mois de mai 2022 en Colombie.

Le protocole pré-opératoire que j’ai dû suivre est très rigoureux – ce qui est toujours un bon signe. J’ai dû me faire faire une dizaine d’examens oculaires afin de déterminer l’étendue de ma cataracte actuelle et également afin de déterminer les dimensions et caractéristiques de mes deux cristallins (qui devront être remplacés – c’est la finalité de cette opération).

Le tout a été suivi d’examens sanguins assez poussés ainsi que d’un électrocardiogramme.

La prochaine étape est de voir anesthésiste au début du mois de mai qui étudiera les résultats de tous ces examens et qui donnera (éventuellement !) son feu vert pour l’opération.

Sur la Côte des Caraïbes (où je vis actuellement), tout ce qui touche aux yeux est géré par une entité privée qui s’appelle FOCA. Le mot « privée » est d’ailleurs porteur d’assez mauvaises nouvelles…

En effet, je dois maintenant choisir le type d’implants  qui vont remplacer mes cristallins ! Il y en a plusieurs et, bien naturellement, ils sont payants, très chers et ils ne sont effectivement pas couverts par mon assureur médical.

J’ai parlé près de 2 heures avec une « assesseur » de FOCA qui (commission à l’appui ?) m’a expliqué que les implants premiers-prix étaient « Made in China » et de mauvaise qualité (au moins elle a été apparemment honnête sur ce point !). Ce sont des implants rigides qui ne dureront pas trop. Les couleurs de base que je verrais avec ces implants seraient artificielles. Les distances de vue (distances focales) seraient également très pauvres.

En gros, plus je paie, plus les implants seront meilleurs. Et j’ai maintenant le choix entre cinq types d’implants !

Le problème est que le coût de ces meilleurs implants est tout à fait prohibitif (du moins pour mon maigre budget actuel). À titre indicatif, la meilleure qualité de ces implants vaut plus de 1.000 euros par œil !

J’ai également un autre problème… Autant j’ai accepté avec une certaine résignation et sans trop de peur ma récente opération à cœur ouvert, autant je suis actuellement complètement terrorisé par l’idée-même d’une opération sur mes yeux. Je sais bien que c’est totalement illogique, car c’est une opération plutôt « de routine », mais je n’arrive toujours pas à franchir le pas dans ma quête de réassurance…

Enfin, nous verrons bien parce que, comme pour ma précédente opération, je n’ai pas trop le choix si cette fois je désire récupérer ma vue !

Verts citrons et citrons verts

J’ai toujours cru qu’il n’existait que deux sortes de citrons :

1) les citrons “normaux”, c’est à dire les citrons de couleur jaune que l’on trouve en France et qui ressemblent à ceci :

Citrons jaunes
Citrons jaunes

2) les citrons verts, également dits “lime”, qui proviennent principalement de l’Asie du Sud-Est et qui ressemblent à ceci :

Limes
Limes

Ce sont deux fruits totalement différents. La lime est beaucoup plus acide que le citron jaune.

C’est pourquoi j’ai été très confus lorsque je suis arrivé en Colombie et j’ai constaté que les seuls citrons disponibles dans les super-marchés/magasins étaient ceci :

Citrons colombiens
Citrons colombiens

Donc, des citrons verts dits également limes, n’est-ce-pas ?

Absolument pas !

Pour une raison que j’ignore toujours, les costeños (les habitants de la Côte des Caraïbes) adorent les fruits qui ne sont pas mûrs. 

Ils raffolent des fruits qui ne sont pas mûrs : mangues vertes… Poires vertes… Bananes vertes… Et des citrons verts…

En fait, les citrons ci-dessus sont des citrons “normaux” qui ne sont simplement pas mûrs. Si vous les gardez suffisamment de temps, ils deviendront jaunes…

Il est bien sûr possible de trouver en Colombie des citrons jaunes “normaux”, mais vous devrez alors chercher des citrons dits de “Tahiti” (ce sont des importations). Ils devraient ressembler à ceci :

Citrons Tahiti
Citrons Tahiti

J’écris “devraient” car, très souvent, vous trouverez des citrons Tahiti qui ne sont pas mûrs et qui sont donc verts !

Ah, la Colombie !

Élections présidentielles françaises en Colombie

Les élections présidentielles françaises approchent… Vivant en Colombie, je suis naturellement inscrit sur les listes électorales de Colombie (tout ceci est parfaitement géré par l’Ambassade de France de Bogotá).

Je n’ai jamais considéré voter comme étant un « devoir » civique. Je n’ai jamais aimé le mot « devoir », surtout quand il s’agit d’exprimer librement un point de vue sur des personnes qui peuvent potentiellement changer le cours de ma vie en fonction de leurs décisions au quotidien.

J’ai toujours voté dès l’instant où j’ai pu le faite. Qu’il s’agissent d’élections présidentielles, législatives, municipales, locales ou autres.

Je pars en effet du principe qu’il ne sert absolument à rien de « râler » contre vos dirigeants si, le moment venu, vous ne faites absolument rien pour avoir une chance de les changer. Cela s’appelle la « démocratie ».

Voter
Voter

 

En Colombie, les élections présidentielles françaises e font uniquement de manière présentielle (d’autres élections, telles que les élections législatives françaises peuvent se faire de manière virtuelle en votant par l’Internet).

De façon pratique, cela veut dire que vous devez vous rendre dans les locaux de l’Ambassade de France à Bogotá afin de pouvoir voter (premier et second tour).

Ce qui n’est n’est pas trop pratique si, comme moi, vous vivez à plus de 1.000 kilomètres de la capitale de la Colombie.

Heureusement, il existe le vote par procuration. L’Ambassade de France a tout fait pour le promouvoir pour les français de Colombie qui ne peuvent pas se rendre à Bogotá durant les deux dates des élections.

Le Consul de France, Thibaut PENDUFF, s’est rendu dans les principales villes de Colombie afin de faciliter cette démarche (qui peut être pesante).

Je fais partie de plusieurs groupe franco-colombiens de Facebook. Plusieurs membres vivant à Bogotá ont généreusement offert d’accepter la procuration de français ne vivant pas à Bogotá et ne pouvant s’y rendre.

J’aimerai maintenant “officiellement” remercier Stéphane Calabrese, l’un des membres de ces groupes, d’avoir accepté ma procuration. Stéphane est l’un des modérateurs d’un des meilleurs groupes franco-colombiens sur Facebook : Français en Colombie https://www.facebook.com/groups/449482185152915

Sur un point de vue plus personnel, je suis triste de constater que ces élections présidentielles semblent tourner exclusivement autour de candidat(e)s de centre-droite, de droite ou bien d’extrême droite. Qu’est-il arrivé aux candidats de gauche ?

Historiquement parlant , la gauche française nous a donné la Sécurité Sociale, l’éducation gratuite, les congés payés, l’abolition de la peine de mort – et j’en passe (dont l’écologie)…

Qu’est-il donc arrivé à ces valeurs ? 

J’ai toujours voté avec mon « cœur » au premier tour et avec mon (maigre) porte-feuille au second tour…

Mais j’avoue que, en cette année 2022, la donne a changé…

.

Chats voleurs

Mes chats colombiens ne manquent de rien et ont toujours eu à manger à leur faim… Et pourtant…

Mes chats colombiens ne manquent de rien et ont toujours eu à manger à leur faim…

J’alterne les croquettes avec de la nourriture fraiche (poulet, thon, etc…).

J’ai toujours une réserve de croquettes que je garde dans une pièce (normalement fermée) de mon appartement. Parfois, cependant, j’oublie de fermer la porte de cette pièce (ou bien je la ferme mal).

Mes chats ont un sixième sens qui leur permettent de savoir si la porte de cette pièce est mal fermée… 

Et que font-ils alors ? Ils s’assurent naturellement que je ne les regarde pas et se font alors un malin plaisir d’entrer dans la pièce, de se diriger vers les croquettes et d’éventrer les sacs afin de pouvoir les voler !

Chats voleurs
Chats voleurs

On ne changera pas la nature des chats, et comme tous les propriétaires de chats le savent, la nourriture volée est dix (cent ?) fois meilleure que la nourriture reçue/donnée !

%d blogueurs aiment cette page :