Quoi – un nègre ?!

Bon, je sais que le titre est provocateur (et je m’en excuse). Mais c’était la seule façon d’attirer votre attention pour que vous lisiez ceci.

J’avoue ne pas être trop intéressé par les élections présidentielles américaines. J’aime penser que le prochain président américain ne va pas trop contrôler ma vie…

Mais, hier soir, tard dans la nuit, je travaillais sur ce blog et j’avais mis CNN en sourdine. Puis Barack Obama est apparu sur le petit écran et à prononcé son discours « officiel » d’acceptation.

Pour ceux qui vivent sur Mars (où, comme moi, dans le centre de la France), Barack Obama est le candidat démocrate aux élections présidentielles américaines (qui se tiendront en novembre prochain).

Il est jeune (47 ans, c’est jeune lorsque votre adversaire en a 25 de plus). Il est grand, photogénique et télégénique. Je sais qu’il est intelligent. Et je sais également qu’il est un orateur de première classe dégageant un charisme inégalable (il arrive même à prononcer ses discours sans notes !).

Oui…

Oui, mais…

Il est noir ! Argh !!!! Que se passe-t-il donc dans le pays de l’oncle Sam ?

On vous aura toujours dit que les USA sont un creuset. Un creuset de cultures, de races, de religions et de différents types de fast-food.

Oui mais l’américain « typique » n’existe pas. Il y a les immigrants (légaux) italiens, irlandais, grecs, etc., les noirs (descendants des esclaves), les « purs » blancs (descendants des anglais et qui,  comme nous le savons tous, vivent systématiquement en Nouvelle Angleterre – à l’est des USA), les indiens (ils étaient bien là en premier, mais ils n’ont pas eu trop le droit à la parole car, bien naturellement (que peut-on attendre des « indigènes » ?), ils ont vendu leurs droits ancestraux légitimes contre de « l’eau de feu » (vendue sournoisement par les colons opportunistes). Puis il y a les « latinos » (tous illégaux, il va sans dire – ils ne possèdent la nationalité américaine que parce que ils ont été légalisés après avoir franchi la frontière mexicaine en douce – de nuit, naturellement). Je devrais ajouter les cubains, les asiatiques…

Un creuset ? Certes… Si l’on considère la moyenne. Malheureusement les USA ne sont pas une « moyenne ».

Les USA sont constitués d’états indépendants qui sont fiers de leur histoire et qui revendiquent leur passé. Et ce indépendamment les uns des autres.

Peut-on en effet comparer (et c’est juste un exemple) le Texas, le Montana et l’Arkansas (pour ne prendre que trois états) ?

Au Texas, les blancs (où les caucasiens comme on les appelle dans les films) sont en minorité… Au Montana, les noirs sont plus rares que les Big Mac. Et, en Arkansas, le Ku Klux Klan sévit encore (légalement)…

Un creuset aux USA ? Oui, peut-être dans les statistiques générales… Mais, dans les élections présidentielles, c’est le poids de chaque état qui compte. Chaque état US possède un certain nombre de voix (en fonction de sa population). L’intégralité de ces voix est gagnée par le candidat majoritaire (le candidat arrivant second ne gagne aucune voix). Au final, le président des USA est élu sur la base de ces voix (le collège électoral).

Les états qui possèdent le plus grand nombre de voix sont donc les plus peuplés :  La Californie (55), New York (31) et la Floride (27).

Donc, si un candidat arrive premier en Floride, il gagne 27 voix. Mais s’il gagne en Alaska, il ne remporte que 3 voix (ceci explique pourquoi les candidats présidentiels ne passent pas trop de temps en Alaska).

Bon, ceci étant dit, j’en reviens à mon point initial. Sans entrer dans les arcanes de la politique US (j’en suis d’ailleurs incapable), les américains auront-ils le cran (pour ne pas dire les coui*les d’élire un président noir ?

La couleur de sa peau va-t-elle être plus importante que son programme et ses compétences ?

J’avoue être fasciné par la réponse…

2 réflexions sur « Quoi – un nègre ?! »

  1. Bonsoir,

    Tu es miraud !) Barrack Obama n’est pas noir !

    Certes, il n’est pas Caucasien… Au fait, ce terme de “Caucasien”, qui semble te tracasser, est employé en médecine, pour classer les patients selon des critères raciaux, utiles à connaître sur le plan clinique.

    J’ai déjà mis en garde les soutiens français du candidat Démocrate : un soutien ostentatoire des Européens ne peut que le desservir !!!

    Je note ici un paradoxe… Les européens se targuent d’indépendance vis à vis des américains, mais ils sont les premiers à préférer un candidat ! Alors, autant reconnaître que le président américain est aussi notre chef d’Etat, hormis que nous n’avons pas voix au chapitre…

    Cordialement,

    V.

  2. Sur ce coup, mon soutien n’est pas seulement ostentatoire – mais, je l’avoue, encore pire ! 😉

    J’avoue en effet que, dans ces élections, la forme m’importe plus que le fond.

    Je me fiche royalement de son programme. Tout ce qui m’importe est que la mentalité WASP (white anglo-saxon protestant) qui a toujours régné, et prévalu, aux USA puisse enfin être ébranlée.

    Si Obama était Républicain, il aurait toujours mon soutien.

    Sur ce point, et je sais que je fais preuve de naïveté, j’ai simplement envie que les règles raciales puissent être boulversées et remises en question.

    Le fait que je le soutienne n’est pas une atteinte à mon indépendance (d’européen ou non). Je désire simplement que les américains aient le cran de pouvoir effectuer ce changement.

    En tant que président et en tant qu’homme, je le jugerai de par ses actes.

    Mais, aujourd’hui-même, j’aimerai tout simplement que les américains puissent enfin dépasser leur lourd passé et leurs préjugés racistes. Suis-je trop idéaliste ?

Laisser un commentaire