Acheter quelque chose sur amazon.com tout en étant en Colombie

Dans ce billet, je vais partager mon expérience après avoir acheté plusieurs choses, par l’internet, auprès de Amazon.

Je parle naturellement du site de Amazon aux États-Unis (www.amazon.com). La Colombie se trouve en effet dans la sphère d’influence géo-politique-économique de ce puissant voisin du nord.

J’ai toujours été un avide lecteur. En effet, je ne peux pas m’endormir si je n’ai pas lu quelques pages d’un livre avant de tomber dans les bras de Morphée.

Bien naturellement, j’ai été horrifié par le prix des livres en Colombie. J’ignore toujours pourquoi le moindre livre en Colombie (qu’il soit d’importation ou bien imprimé sur des presses colombiennes) vaut une petite fortune dans ce pays. Je comprend maintenant pourquoi tant de colombiens ne peuvent pas se permettre d’acheter des livres et donc sont totalement exclus de ce merveilleux moyen éducatif – c’est une véritable honte nationale. Mais bon, je m’égare…

Au vu des prix des livres en Colombie, j’avais donc décidé d’acheter dès 2011 un Kindle – le fameux lecteur d’Amazon. Je sais bien que c’est un système propriétaire  mais bon, selon moi, cela reste la meilleure solution. En ayant acheté ce Kindle, j’ai eu accès à des centaines de milliers de titres totalement gratuits. Le choix est incroyable entre les nouveaux auteurs qui publient leurs livres gratuitement et, bien sûr, les grands classiques de la littérature mondiale. C’est d’ailleurs mon Kindle qui m’a permis de découvrir, toujours gratuitement, toutes les merveilleuses oeuvres de Tolstoï, Chekov  et Dostoïevski – pour ne mentionner que trois grands auteurs classiques russes. Bien naturellement, toutes les oeuvres complètes en français de Victor Hugo, Alexandre Dumas, Jules Verne (et j’en passe beaucoup !) sont également disponibles et ce totalement gratuitement.

J’achète également moult autres choses sur amazon.com, chose qui ne ont pas disponibles en Colombie. Des boules Quies en cire naturelle sont un autre exemple… Dès l’instant où ma commande est d’un minimum de 35 euros, les frais de port sont totalement gratuits.  Mon expérience passée m’a montré que je reçois ces commandes en moins de 10 jours, le plus souvent en moins de 7 jours.

Cerise sur le gateau : Vous pouvez panacher vos commandes auprès de divers fournisseurs présents sur Amazon pour arriver à une commande dont la valeur est de 35 euros et pouvoir ainsi bénéficier des frais d’envois gratuits !

Vous l’aurez compris, vivant en Colombie, je suis un ardent supporter de amazon.com !

À Barranquilla, tout rouille !

Barranquilla, où je vis actuellement, est située tout près de la mer des Caraïbes. Nous avons donc une atmosphère salée et très humide (plus de 90% en moyenne chaque jour).

Tout le monde connait la différence théorique entre le fer et l’acier inoxydable. Le fer rouille et l’acier soi-disant inoxydable ne devrait pas rouiller.

Sauf que la majorité de l’acier disponible en Colombie est un acier de moindre qualité (principalement en provenance de la Chine) qui a tendance à rouiller.

En fait, tout rouille à Barranquilla.

Mon téléviseur, qui a pourtant une garantie de 5 ans, est en train de rouiller.

Mon lave-linge est en train de rouiller…

Les vis et les écrous que j’achète rouillent après 3 mois. Idem pour les outils de chaque jour (marteau, tournevis, etc).

En fait, tout rouille – et ce n’est pas trop facile à gérer !

Tout ce que j’achète en acier soi-disant inoxydable est en train de rouiller dans ma maison… C’est un véritable enfer…

 

Où en sommes-nous avec le covid-19 en Colombie ?

Lorsque l´épidémie mondiale du covid-19 s’est installée à partir du mois d’avril 2020, les gouvernements mondiaux ont décidé de réagir selon deux grandes lignes directrices :

1) Ou bien privilégier la santé de leurs citoyens au dépend de leur économie. Je pense naturellement au Royaume-Uni ainsi qu’à la France – mais il y en a d’autres. De grands programmes de vaccinations ont été mis en place ainsi que des restrictions sur les déplacements et les réunions intra-familiales. Le travail à domicile a grandement été encouragé afin d’éviter que les gens ne se rencontrent. Logiquement, les économies de ces pays en ont grandement souffert.

2) Ou bien privilégier l’économie de leur pays en minimisant l’impact du covid-19. Je pense naturellement au Brésil ou bien aux États-Unis (sous Donald Trump) – mais il y en a d’autres. Dans ces pays, peu de programmes de vaccinations (ou bien des programmes très tardifs sans trop de publicité). L’important étant de minimiser l’impact du covid-19 sur l’économie de ces pays.

Chaque pays était naturellement libre d’établir et de de suivre sa propre politique. C’est pourquoi les dirigeants de ces pays sont élus. Sils ne sont pas d’accord avec les politiques qu’ils prescrivent, les citoyens auront toujours le choix de montrer leur accord, ou désaccord, en votant lors des prochaines élections…

Mais quelles conclusions concrètes pouvons-nous maintenant tirer des décisions (parfois contradictoires) qui ont été prises par ces gouvernements ?

Et, surtout, du gouvernement colombien ?

Le gouvernement colombien, dans un premier temps, a préféré suivre l’exemple du Royaume-Uni et de la France : une alerte au niveau national. Des publications quotidiennes sur l’état de la maladie en Colombie (nombre de cas avérés, occupation des lits en soins intensifs, législation sur le port obligatoire du masque et de la distance sociale de 2 mètres entre chaque personne, occupation de 50% maximale dans les transports en commun, recommandation de privilégier le télétravail, etc.).

Dans un second temps, le gouvernement colombien s’est aperçu que ces mesures ruinaient l’économie du pays (ceci était naturellement prévisible) et a donc décidé de ne plus rien communiquer.

La politique du « Ne rien dire, ne rien voir, ne rien écouter ».

Ne rien écouter/voir/dire
Ne rien écouter/voir/dire

Depuis le début de cette année 2021, tout le monde agit comme si l’épidémie du covid-19 avait totalement disparu de la Colombie. Les statistiques ne sont plus publiées (même s’il est possible de les trouver en cherchant sur le Web). Personne ne connait plus le taux d’infection, des nouveaux cas et des cas existants. Bien difficile de connaître actuellement le taux d’occupation des lits en soins intensifs en Colombie…

La vie est donc revenue à une certaine normalité : De moins en moins de personnes portent un masque, presque personne ne respecte plus la distance de 2 mètres, les transports en commun sont bondés et les gens ont repris leur travail présentiel.

Alors que seuls 37% des colombiens ont complètement été vaccinés (2 doses).

Je ne juge pas le gouvernement colombien sur ses décisions. Je désire simplement les partager.

Qu’en pensez-vous ?

Éviter les queues en Colombie (DAB & supermarchés)

Vous aurez remarqué que, parfois, il y a de très longues queues aux DAB et aux caisses des supermarchés en Colombie.

Mais peut-on les éviter ? Est-il judicieux/conseillé de faire ses emplettes à 8 heures du matin ? Voici ma solution !

La raison de ces immenses queues est basée sur le fait que les colombiens sont payés tous les 15 jours : Le 15 et le 30/31 de chaque mois. Leur salaire leur est versé directement sur leur compte bancaire (le plus souvent Bancolombia). Donc, pour pouvoir avoir des espèces dans leurs poches, ils sont obligatoirement obligés d’effectuer des retraits deux fois par mois aux DAB de leur banque – d’où les longues queues, car tous les colombiens sont payés plus ou moins en même temp.

Longues queues aux DAB
Longues queues aux DAB

Ayant obtenu des espèces, les colombiens s’empressent alors de faire leurs emplettes bimensuelles. Le problème est exacerbé par le fait que la plupart des supermarché organisent des ristournes autour de ces dates de paiements des salaires : le fameux « madrugón » (faites vos emplettes le 16 et/ou le 1 de chaque mois dès l’ouverture du magasin) et le fameux « trasnochón » (faites vos emplettes le 15 et/ou le 31 de chaque mois à partir de 18 heures et ce jusqu’à la fermeture du magasin). Une ristourne systématique de 20% sur tout ce que vous achetez !

Bien naturellement, la plupart des colombiens en profitent – d’où ces immenses queues !

Longues queues aux caisses des supermarchés
Longues queues aux caisses des supermarchés

Vous l’aurez compris, évitez donc ces deux dates mensuelles !

 

 

Se cacher sur WhatsApp

WhatsApp est omniprésent en Colombie. Même les démarches officielles (médicales, juridiques, administratives, etc.) passent le plus souvent par ce biais.

Cependant, il y une chose qui m’irrite grandement :

Normalement, lorsque vous envoyez un message par WhatsApp, vous pouvez suivre la progression de votre message en fonctions des coches qui sont montrées tout en bas et à droite du message que vous avez envoyé. Voici leurs significations :

Explications des coches de vos messages WhatsApp
Explications des coches de vos messages WhatsApp

En règle générale, vous pouvez donc savoir si le destinataire a  bien reçu et également lu votre message.

Mais, les réglages de WhatsApp permettent aux destinataires de choisir de cacher ce fait. C’est-à-dire qu’ils liront votre message, mais le fait qu’ils l’auront lu sera caché pour vous, car les deux coches de votre message resteront de couleur grise (plutôt que de virer au bleu – confirmant que votre message a bien été lu).

Je ne comprends pas la logique derrière ce choix d’occulter le fait que votre message a bien été lu par le destinataire – car c’est son propre choix de cacher ce fait.

Pourquoi ? Dès l’instant où une personne donne sa permission à une autre personne de pouvoir communiquer avec elle par WhatsApp (en échangeant leurs numéros de téléphone), pourquoi cacher le fait que leurs messages ont bien été lus ? Que gagnent-ils en cachant le fait que ces messages ont été lus ?

J’avoue me méfier des personnes qui choisissent d’activer ce réglage, principalement parce que je ne comprends pas la logique derrière leur décision… 

Les antivax du Covid-19

En France, comme en Colombie et dans de nombreux pays du monde entier, il existe un noyau de personnes qui refusent de se faire vacciner contre le Covid-19. On les appelle les « antivax » et ils représentent à peu près 16% de la population française (soit une personne sur six).

Il est intéressant de constater que les antivax sont une population totalement hétéroclite qui refuse de se faire vacciner pour des raisons complètement différentes (et parfois contradictoires).

Une grande enquête sanitaire  menée par des chercheurs de l’Inserm et du CNRS sur 86.000 personnes (voir ici) a cependant montré que les antivax ont deux points en commun :

1) Ils font partie des basses classes de la hiérarchie sociale
2) Ils font partie des personnes qui ont reçu le moins d’éducation académique possible (collège, lycée, université).

Je ne porte pas jugement moral sur tout ceci – ce sont simplement des faits avérés que plusieurs enquêtes ont déjà montrés et démontrés.

De par ma propre expérience, ce groupe hétéroclite des antivax tombe dans plusieurs catégories :

1) Ceux qui croient que le Covid-19 n’existe pas. Ils pensent tout simplement que le Covid-19 est un complot élaboré au niveau international et que cette maladie est tout simplement une espèce de grippe sans importance. Selon eux, le Covid-19 a été inventé par les gouvernements afin d’enrichir les laboratoires pharmaceutiques multinationaux. La plupart de ces antivax croient également que la Nasa n’a jamais envoyé des hommes sur la lune en 1969… Et que les attentats du 11 septembre 2001 a New York n’ont jamais eu lieu…

Vous n’arriverez jamais à les convaincre…

2) Ceux qui croient que le Covid-19 existe, mais que le danger est grandement exagéré. Pour eux, le Covid-19 est une sorte de grippe sérieuse qui, de toute façon, n’affectent que les personnes âgées. Les gens jeunes (disons les moins de 40 ans selon leur propre baromètre) n’ont aucun danger à craindre.

Inutile de leur dire que près de 4,5 millions de personnes sont maintenant décédées de ce virus dans le monde entier. Ils vous répondront que c’était de toute façon des personnes âgées arrivées en fin de vie ou bien des personnes qui avaient de sérieux problèmes de santé.

3) Ceux qui croient que les vaccins ne marchent pas trop bien et peuvent être dangereux (ou bien donc plus dangereux que d’attraper le Covid-19). C’est particulièrement le cas de la plupart des femmes enceintes.

Cela ne sert strictement à rien de leur montrer les dernières statistiques médicales totalement acceptées au niveau international : À la fin du mois de juillet 2021,  4 personnes sur 5 hospitalisées n’étaient pas vaccinées et avait donc attrapées le Covid-19.

Oui, bien sûr, le fait d’être vacciné ne veut pas dire que vous ne pourrez jamais attraper le Covid-19. Mais, si vous avez la malchance de l’attraper, vous aurez alors 80% de chance de ne pas finir à l’hôpital

4) Ceux qui croient (ou non) au Covid-19 , mais pour qui leur propre liberté de décider est le plus important.

Ce sont apparemment les plus nombreux.

Ils veulent décider par eux-mêmes (de se faire vacciner ou non) et n’acceptent pas que le gouvernement puisse leur imposer cette vaccination. Et, pour eux, le pass-sanitaire maintenant obligatoire pour beaucoup de choses est alors devenu une atteinte à leur liberté fondamentale : le doit de décider pour eux-mêmes.

Pourquoi ces personnes ont-elles maintenant oublié que leur propre liberté s’arrête où commence celle des autres ?

Pourquoi ces personnes ont-elles oublié que certains vaccins ont toujours été obligatoires « Pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, aux vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (rendues obligatoires respectivement en 1938, 1940 et 1964), ont été ajoutées des obligations de vaccination pour 8 autres maladies, portant à 11 le nombre des vaccins aujourd’hui obligatoires en France. »

Pourquoi ces personnes ont-elles oubliée qu’elles doivent obligatoirement s’arrêter à un feu rouge ? Ou bien obligatoirement porter leur ceinture de sécurité ?

Pourquoi ces personnes ont-elles oublié que ces mesures restrictives (j’en conviens – elles le sont) sont néanmoins pour le bien de tout le monde et non pas seulement pour elles ?

Pourquoi, étant une minorité, ces personnes devraient-elles nous imposer leur propre point de vue et risquer alors notre propre vie sans penser à nous ?

Pas/plus de vaccins Covid-19 en Colombie…

La Colombie ne fait pas partie des pays riches qui peuvent se permettre d’acheter tous les vaccins anti-Covid-19 directement auprès des laboratoires qui les produisent, même si certains laboratoires (comme AstraZeneca entre autres) les vendent actuellement (ça ne va pas durer !) au prix coutant de €2,50. À titre de comparaison, le prix plafond du vaccin de Pfizer est actuellement de $40 (€34).

La Colombie dépend donc en grande partie d’un mécanisme de donations de vaccins instauré par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui s’appelle COVAX. Plus d’informations sur le mécanisme du COVAX ici

En gros, l’OMS demande aux pays développés et aux laboratoires qui ont un surplus de vaccins de les donner charitablement (c’est-à-dire gratuitement) aux pays plus pauvres qui ne peuvent pas se permettre de les acheter.

Le problème est que, après un plutôt bon départ, les vaccins arrivent maintenant au compte-goutte. Les vaccins arrivent à Bogotá (la capitale de la Colombie) où le Ministère de la Santé les redistribue ensuite dans chacun des 32 départements de la Colombie (en fonction de leur population).

Chaque département colombien possède son propre Ministère de la Santé qui distribue ensuite les vaccins qu’il a reçus dans les municipalités du département.

Comme le but avoué du mécanisme COVAX est de fournir assez de vaccins pour seulement 20% de la population nationale de chaque pays, vous pouvez aisément vous imaginer/rendre compte qu’il n’y a pas assez de vaccins pour tout le monde…

À Barranquilla (où j’habite actuellement), 4ème ville de la Colombie, il n’y a maintenant plus de vaccins… Les personnes qui ont reçu leur première dose au mois de juillet ne peuvent pas maintenant recevoir leur seconde dose… Et les rares personnes qui peuvent recevoir leur première dose en ce mois d’août sont maintenant prévenues que leur seconde dose n’est prévue qu’au mois de novembre…

Le problème est exacerbé de par le fait que le Ministère de la Santé colombien a maintenant permis/ouvert la vaccination à toute personne âgée de plus de 12 ans. Et, heureusement, ces adolescents sont très nombreux à vouloir se faire vacciner ! Mais leur enthousiasme (qu’on ne peut pas leur reprocher) exacerbe la pénurie de vaccins.

Le problème persiste… J’ai cependant confiance que, alors que de moins en moins de personnes dans les pays riches désirent se faire vacciner (e.g. les États-Unis actuellement), il y aura alors plus de vaccins disponibles sous le mécanisme COVAX dont la Colombie pourra alors bénéficier.