Une semaine dans “Le Monde”

J'aime garder le contact avec ce qui se passe dans le monde. Mais je n'aime pas regarder le journal télévisé qui, de toute façon en Colombie, est beaucoup trop orienté (à mon gré) vers les actualités régionales, c'est à dire vers ce qui se passe en Amérique du Sud.

Je n'aime pas non plus lire les actualités sur un site web – je passe déjà assez de temps devant l'écran de mon ordinateur !

Non, je préfère le bon vieux journal "papier" que je peux lire à l'ombre d'un manguier en savourant une Redd

Mais que lire ? Je lis quotidiennement le journal local de "La Costa", "El Heraldo". Mais il accorde très peu d'importance aux nouvelles économiques et aux actualités internationales.

Je pourrais lire "El Tiempo" qui, selon moi, est le meilleur quotidien colombien. Mais, avec toutes ses sections et tous ses suppléments, il fait plus de 100 pages et, franchement, je n'aurais pas assez de temps pour le lire (ou plutôt, je passerais trop de temps à le lire).

J'ai pourquoi j'ai été ravi de découvrir que la "Librería Nacional" près de chez moi recevait chaque semaine quelques exemplaires de "La Sélection Hebdomadaire du Monde" – et ce seulement quelques jours après sa parution. C'est un condensé de 12 pages des nouvelles les plus importantes et les plus pertinentes du monde entier avec de nombreux éditoriaux et analyses pour vous stimuler les petites cellules grises.

Ou plutôt c'était un condensé de 12 pages. Depuis quelques semaines, la sélection ne comporte plus que 10 pages. C'est bien sûr une augmentation de prix déguisée. Je hais lorsqu'une publication prestigieuse comme "Le Monde" utilise ces vulgaires tactiques .

J'ai naturellement contacté la rédaction (par courriel) en lui demandant si cette réduction de contenu était permanente mais, à ce jour, elle n'a pas daigné me répondre…

Une réflexion sur « Une semaine dans “Le Monde” »

Laisser un commentaire