Confinement en Colombie (8)

J’ai déjà écrit ici sur le sujet des strates sociales dans les villes colombiennes.

La ville de Barranquilla est en gros divisée en deux zones sociales :

Les gens plutôt aisés (strates 4 à 6) vivent au nord de la ville.

Les gens moins aisés (strates 1 à 3) vivent au sud de la ville.

Dans le nord, les gens ont tendance à respecter les lois – sinon ils recevront des amendes et devront les payer.

Dans le sud, les gens ont tendance à ne pas respecter les lois – sinon ils recevront des amendes et n’auront pas un peso pour les payer – donc ils se fichent royalement des lois et des amendes en vigueur.

En gros, la “peur du gendarme” n’existe que dans le nord de la ville.

Barranquilla doit respecter un confinement obligatoire depuis le 25 mars. Ce confinement a été instauré par le Président Duque.

Les gens ne peuvent sortir de chez eux qu’une seule fois par semaine.

Les gens vivant au nord de la ville ont tendance à respecter cette mesure (de peur d’avoir à payer des amendes).

Les gens vivant au sud de la ville s’en fichent royalement car, n’ayant pas d’argent, ils ne pourront pas payer ces amendes.

Le jeune maire de Barranquilla élu l’année dernière ne sait plus quoi faire pour faire respecter le confinement instauré par le Président de la Colombie…

Il a commencé à annuler les transports entre le sud et le nord de la ville : cela n’a fait aucune différence : les gens du sud louent maintenant des motos-taxis pour aller au nord…

Il a décrété que les habitants de Barranquilla ne pourraient donc sortir de chez eux que deux fois par mois (au lieu d’une fois par semaine). Aucune différence : les gens du sud sortent de chez eux quand bon leur semble…

Il a alors décidé de punir les habitants de Barranquilla pour leur désobéissance :

  1. La vente d’alcool est maintenant totalement interdite dans la ville. Les gens du sud s’en fichent royalement et continuent à se procurer leurs bières (ou autres substances) illégalement.
  2. Le maire a maintenant instauré un couvre-feu entre 20h00 et 5h00. Les gens sont censés rester chez eux à partir de 20h00. Les gens du sud s’en fichent royalement et continuent de sortir de chez eux. toute la nuit (en buvant de l’alcool bien naturellement).
  3. Désespéré, le maire a maintenant fermé/scellé les quartiers de Barranquilla où la population désobéit le plus. Il a fait appel à l’armée pour s’assurer que les gens ne sortent plus de leur quartier.

    Nous sommes donc maintenant sous loi martiale dans certains quartiers.

    Les soldats patrouillent les rues de la ville.

    Vont-ils nous tirer dessus si nous désobéissons et ne respectons pas le confinement ? Ou bien si nous buvons une bière en dehors de chez nous ?

À suivre… !

Laisser un commentaire