Comment les médecins colombiens m’ont sauvé la vie

Vivant en Colombie depuis 2010, j’ai naturellement souscrit à une assurance médicale colombienne.

Je n’en n’ai jamais eu vraiment besoin jusqu’en 2019 lorsque ma santé a commencé à se détériorer…

Après moult examens, tests, radios, scans plus ou moins compliqués (mais toujours totalement gratuits), les médecins colombiens ont identifié que j’avais mes artères coronariennes bouchées.

Le cœur envoie du sang oxygéné aux autres organes de notre corps mais, étant lui-même un muscle, il a également besoin de recevoir du sang. Il reçoit ce sang par l’intermédiaire des artères coronariennes qui se trouvent physiquement dessus le cœur.

Lorsque ces artères se bouchent (normalement à cause d’un mélange de sel et de graisse), on essaie alors de les « déboucher » en insérant une sonde (avec un petit ballon gonflable) dans votre poignet puis on l’envoie jusqu’à vos artères coronariennes pour essayer de les « déboucher ». Cela d’appelle une angioplastie.

Dan mon cas, l’angioplastie n’a pas marché car mes artères étaient trop bouchées.

Unique autre solution alternative : un pontage coronarien. Cela veut dire qu’un chirurgien va enlever les artères coronariennes bloquées, puis les remplacer par d’autres vaisseaux sanguins prélevés sur une autre partie de votre corps (normalement dans votre jambe).

Le chirurgien qui allait m’opérer m’a annoncé d’emblée la donne :

1) S’il ne m’opérait pas, mon espérance de vie était de 5 ans.
2) s’il m’opérait, j’avais une probabilité de 7% de ne pas me réveiller. En contrepartie, mon espérance de vie serait augmentée d’un minimum de 15 ans.

Le choix fut facile (du moins pour moi).

Les détails de l’opération sont véritablement atroces :

1) Après une anesthésie générale, le chirurgien ouvre la cage thoracique avec une scie électrique.
2) Il écarte les côtes, retire le cœur, puis le remplace par une pompe.
3) Il retire les artères coronariennes bouchées sur le cœur.
4) Il extirpe une veine de votre jambe.
5) Il coupe cette veine en plusieurs morceaux et les greffe sur votre cœur. Ces morceaux de veine deviennent alors vos nouvelles artères coronariennes.
6) Il enlève la pompe, remet votre cœur en place, puis le redémarre.

Dans mon cas, j’ai eu droit à un quadruple pontage (4 artères remplacées).

L’opération a pris 7 heures et demie et les deux chirurgiens ont eu besoin de 10 poches de sang et de 5 poches de sérum durant l’opération.

Ce n’est seulement après l’opération qu’ils m’ont dit qu’ils avaient failli jeter l’éponge : j’avais en effet une hémorragie qui ne s’arrêtait pas et ils ont persisté pendant plus de 3 heures afin de l’endiguer. Ils ont eu la patience de le faire.

Les médecins colombiens m’ont sauvé la vie. J’ai envers eux, et envers la Colombie, une dette que je ne pourrai jamais repayer.

Une réflexion sur « Comment les médecins colombiens m’ont sauvé la vie »

Laisser un commentaire