Faut-il voir votre interlocuteur pour mieux le comprendre (dans une langue étrangère) ?

Comme beaucoup de gens, j’ai fait espagnol seconde langue en France. C’est à dire un total de 4 ans à partir de la 3ème.

Je suppose que ces 4 années m’ont donné quelques bases que je n’ai pas trop oubliées au fil des ans – même si je n’ai jamais eu trop l’occasion de pratiquer cette langue.

C’est seulement une fois arrivé en Colombie (en 2010) que l’immersion totale dans ce pays m’a permis de maîtriser l’espagnol.

Enfin, plus ou moins, car l’épidémie du Covid-19- m’a permis de découvrir une chose :

Je comprends beaucoup plus l’espagnol si je vois mon interlocuteur, face-à-face, et qu’il ne porte pas de masque ! Cela devient beaucoup plus compliqué si je ne le vois pas (comme par exemple lors d’une conversation téléphonique) et même encore plus compliqué si je le vois face-à-face et qu’il porte un masque sanitaire !

J’ai beaucoup étudié ces carences (personnelles ?), et j’en ai tiré les conclusions suivantes :

1) Si mon interlocuteur est en face de moi et qu’il ne porte pas de masque sanitaire, je n’ai aucun problème de communication avec lui (à part, bien sur, la compréhension des mots et des expressions (vocabulaire) que je ne connais pas).

2) Idem pour regarder un film (en espagnol) au cinéma ou bien pour regarder la télévision (toujours en espagnol). Très peu de problèmes de compréhension en général.

3) Les choses se compliquent systématiquement lorsque j’utilise le téléphone (et que je ne vois donc pas mon interlocuteur). Je dois faire un effort conscient et permanent pour comprendre ce qu’il (me) dit. Bien souvent, je lui demande de répéter ce qu’il a dit.

4) Le quatrième (et dernier) cas de figure est lorsque mon interlocuteur se trouve en face de moi, mais qu’il porte un masque sanitaire. Dans ce cas, c’est le plus souvent « Mission : Impossible ! » et, en dépit de tous mes efforts, je n’arrive pas le plus souvent à le comprendre.

J’en suis donc arrivé à la conclusion que, personnellement, j’ai besoin de voir le visage de mon interlocuteur afin de mieux le comprendre.

J’ignore pourquoi, mais c’est très important. J’ai impérativement besoin de voir les expressions de son visage pour mieux le comprendre. Et peut-être également les gestes de ses mains qu’il utilise pour communiquer.

J’ai besoin de voir le visage de mon interlocuteur afin de mieux le comprendre.
J’ai besoin de voir le visage de mon interlocuteur afin de mieux le comprendre.

Vous me direz, quelle est la différence entre le point (3) (une conversation téléphonique durant laquelle vous ne voyez pas votre interlocuteur) et le point (4) (une situation durant laquelle vous ne voyez pas non plus le visage de votre interlocuteur car il porte un masque) ?

Je pense que c’est parce que, durant une conversation téléphonique, vous utilisez beaucoup moins de mots de vocabulaire pour communiquer que durant une conversation générale et générique.

Il est généralement accepté que, durant une conversation téléphonique, vous utiliserez environ 800-1.000 mots pour couvrir votre sujet (surtout si votre conversation téléphonique est sur un sujet spécifique).

Alors que, durant une conversation générale, vous pourrez utiliser jusqu’à 30.000 mots de vocabulaire !

C’est sans doute pourquoi j’arrive (juste) à maîtriser les conversations téléphoniques (car je sais généralement de quoi mon interlocuteur et moi allons parler) alors que c’est beaucoup plus difficile pour moi de le faire durant une conversation générale.

D’où mes problèmes de communication et de compréhension en Colombie avec le port du masque sanitaire durant l’épidémie du Covid-19 !

Pour conclure, il est intéressant de constater que j’ai eu exactement le même problème lorsque j’ai vécu en Grèce de 1990 à 1994. J’an appris le grec moderne en Grèce durant ces cinq années et j’ai toujours eu des problèmes de compréhension de cette langue si mon interlocuteur ne se trouvait pas en face de moi à visage découvert pour communiquer avec moi…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :