Et hop ! On remet ça !

J’étais assis sur un banc de l’avenue 50 à Barranquilla, près du centre commercial « Portal del Prado », en lisant mon journal quotidien tout en fumant sereinement ma pipe quand, soudain, je sentis quelque chose se frotter contre mes pieds.

Je baissai les yeux et fus effaré de voir un rat noir sur l’une de mes chaussures ! J’allais lui donner un coup de pied pour m’en débarrasser quand, au tout dernier instant, je m’aperçu que ce n’était pas un rat mais un chaton minuscule !  « Chaton minuscule » peut être considéré comme un pléonasme grammatical mais, dans ce cas particulier, ce terme se doit d’être utilisé. C’était en effet un chaton minuscule, affamé, étique et famélique qui n’avait plus que la peau sur les os. Et qui ronronnait comme un moteur de Formule 1 !

Vous me connaissez maintenant ! Je venais de perdre un chat (voir ce billet) et j’ai immédiatement pensé que c’était un signe du destin. Non pas pour « remplacer » celui que j’avais perdu, mais tout simplement pour me donner l’occasion de faire une nouvelle connaissance. Je le mis donc dans ma poche et retournai chez moi.

Au final, ce chaton est une chatonne et je l’ai baptisé Michú (prononcer Mitchou en français). Elle doit avoir 2 mois. Elle a toujours ses yeux bleus et est à peine sevrée.

Je la trouve très moche (c’est une tricolore que l’on appelle « écaille de tortue » en France, mais elle est principalement de couleur noire sans trop de jaune ou blanc). Mais elle est tellement affectueuse !

Laissez-donc moi vous présenter Michú :

Un peu plus grande qu'un billet de 2.000 pesos...
Un peu plus grande qu’un billet de 2.000 pesos…
Elle tient dans l'une de mes chaussures !
Elle tient dans l’une de mes chaussures !
Comparaison de taille avec Domi, le dernier chat que j'ai recueilli (et il a moins d'un an) !
Comparaison de taille avec Domi, le dernier chat que j’ai recueilli (et il a moins d’un an) !

 

Laisser un commentaire